Un "comité de liaison de la majorité présidentielle" pour faire disparaître le MoDem

Publié le par Thomas Depaepe

Mercredi dernier, Nicolas Sarkozy avait réuni l'ensemble des partis de la "majorité présidentielle" (UMP, Nouveau Centre, Parti Radical) pour évoquer l'avenir de la "majorité présidentielle". Pour l'Elysée, l'avenir de la "majorité présidentielle" passe par la disparition du MoDem et la possible renaissance de l'UDF historique. Cela a été écrit noir sur blanc comme l'a révélé avant-hier Le Monde.
La "note stratégique" (link) expose l'organisation visant la mise à mort politique de François Bayrou et des militants qui l'ont rejoint. Si l'on savait déjà que François Bayrou n'était pas trés apprécié dans l'entourage du chef de l'etat, cette note en apprend encore un peu plus sur les méthodes utilisées par l'Elysée : la malveillance des uns, le recrutement de "traitres" et la menace sur les autres.

Les "cadres" qui ont quitté le MoDem aprés les présidentielles sont félicités pour leur choix (ministère ou opposition avec Bayrou) même si la note indique que Christian Blanc manque d'activité en contrepartie du cadeau présidentiel (à savoir le secrétariat au dévelopement économique).
Les sénateurs MoDem sont eux menacés de perdre leur poste sans soutien de l'UMP et le deal est simple : s'ils ne veulent pas rejoindre l'UMP ou le NC, qu'ils recréent un UDF proche de la majorité présidentielle et destabilisent ainsi le MoDem; en échange ils auront le soutien de l'UMP et l'assurance de conserver leur siège.



Face a cette "cuisine politique" peu ragoutante qui consiste a instaurer un bi-partisme de fait, notre président François Bayrou a justement réagi en soulignant que "l'intrigue, la déloyauté, le cynisme" des gouvernants n'est pas de mise à un moment où le pays "va dans le mur avec une dégradation parallèle de la situation économique, financière et sociale".
Toutes ces "manoeuvres politiciennes" (malheuresement prévisibles) confirment le sentiment qu'il est grand temps de faire de la politique autrement car la France et les français méritent mieux que cela; et parce que cela ne contribuera pas a résoudre les difficultés sociales (malheuresement bien réelles).
 
Le "comité de liaison de la majorité présidentielle" est une attaque directe contre le projet d'un centre indépendant, une "manœuvre (...qui) voudrait dire que les Français seraient à l’avenir condamnés à choisir à tous coups, entre l’UMP et le PS, l’UMP et ses satellites et le PS et ses satellites".

Face a cette situation une "clarification" interne va être effectuée "avant l'été" . En clair, François Bayrou a décidé de soumettre au vote des "60.000 adhérents un texte d'orientation qui ne laissera aucune place à l'ambiguïté"; évidement si cette motion échouait, François Bayrou démissionnerai du MoDem.

Cette motion devrait être abordé dans ces grandes lignes lors de la réunion du samedi 26 avril a laquelle sont conviés l'ensemble des élus MoDem. Cette motion doit permettre de continuer a travailler sereinement et de positionner le MoDem là ou il est : indépendant, au centre et en mouvement!

        Thomas Depaepe.

Publié dans modem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article