Conseil municipal : débriefing.

Publié le par Thomas Depaepe

Avant-hier soir, devant une assemblée de campésien réduite à son strict minimum, s’est tenu le conseil municipal. Je vais essayer sincèrement d’en résumer la teneur des débats.

 

Avant d’entrer dans le cœur du débat du conseil, Madame le Maire a souhaité voter une proposition de subvention à la croix rouge permettant de venir en aide aux populations chinoises touchées par le séisme récent. La proposition a été adopté à l’unanimité et il a été noté l’attitude responsable (au regard du déni birman) des autorités chinoises qui ont rapidement autorisé les équipes médicales étrangères sur leur sol.

Le conseil a ensuite suivi son cours en adoptant logiquement divers points relatifs à la désignation de représentants communaux au sein diverses commissions ; Sylvie Chataigner, Didier Lopez, François Gomez Valle et Thomas Depaepe ont été désignés pour y représenter l’opposition et le MoDem.

Ensuite, à l’unanimité des propositions ont été validés afin d’autoriser Madame le  Maire a solliciter des demandes de subventions dans le cadre du CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale) ou a valider des avenants à des contrats suite à des fusions ou changement de nom de sociétés prestataires de la municipalité.

 

L’ambiance est devenue nettement plus électrique au point 8 relatif à l’acquisition par la municipalité du local situé au 3 allée des sorbiers. Ce local avait déjà fait couler beaucoup d’encre non sans raison puisqu’il avait été transformé illégalement en mosquée et avait fait la part belle à certains discours extrémistes.

Lors du conseil municipal, il était proposé de valider l’achat de ce local de 400 m2 pour la somme de 410.000€ (385.000€ pour le bien + 25.000€ de frais d’agences).

En soit la mairie n’a pas besoin du local comme l’a souligné Jean-François Piotrowski (PS), mais elle ferait une double bonne affaire en l’achetant : elle augmenterait son patrimoine immobilier et elle disposerait d’un local vide qu’elle pourra louer. Or justement, le GRETA de Champs n’ayant plus de local à la rentrée, ces derniers sont à la recherche d’un espace à louer.

Thierry Dubois (UMP) a alors objecté, non contre la location au GRETA, mais sur le prix d’achat élevé par rapport à la valeur réelle du bien et sur le manque d’éléments concernant la valeur locative de ce dernier.

Deux logiques se sont alors violement opposées : une logique d’économie et une logique sociale (« nous ne sommes pas la pour faire des profits, mais pour être utile à notre population » a déclaré Daniel Guillaume (PCF)). L’affrontement a ensuite dérivé sur les mérites des uns et des autres dans la fermeture du local.

 

Pour ma part, je suis convaincu que la mairie fait œuvre utile et sociale, en achetant ce bien! En effet, cela permet de conserver le GRETA sur notre commune et de continuer a développer l’accès à la formation pour adulte.

Mais en même temps, l’utilité sociale n’est pas forcément contradictoire avec une logique d’économie (je ne parle pas de rentabilité ou de profit, mais d’économie au sens premier du terme « faire des économies ») : c’est d’ailleurs ce qu’a fait la municipalité en négociant à la baisse le bien par rapport au prix qu’en demandait le vendeur ou en soulignant que l’investissement initial sera remboursé par la rente locative.

Mais le principe de précaution pour éviter une nouvelle crise à « la maréchale » n’a t’il pas été invoqué trop tôt : il n’y avait apparemment pas d’autre acheteur potentiel sur le bien et sa vente avait pris plus de 2 ans la fois précédente. Dés lors, n’y avait t’il encore de la marge de négociation à la baisse ?

N’y avait t’il pas d’autres locaux qui auraient aussi pu convenir à l’opération de relocation du GRETA (y en avait t’il de disponible à des coûts inférieurs ? où avec une localisation plus proche du RER?) ?

Dans le doute par rapport aux éléments financiers, tout en étant convaincu que cette opération était socialement, et je dirais même humainement, rentable, je n’ai pas souhaité au nom du MoDem m’opposer a cet achat comme l’ont fait les membres de l’UMP.

Mais face aux remarques intéressantes sur la possible surévaluation du bien, j’ai choisi de m’abstenir de voter cette proposition municipale en attente d'éléments complémentaires qui viendront avec le bail de location et la fixation de la valeur locative (ce qui déterminera le délai de remboursement de l'emprunt d'achat). La proposition a donc été adopté à la majorité avec 5 voix contre et une abstention.

 

Ensuite le conseil est redevenu très calme voir jovial lorsqu’il a fallu expliquer certains anglicismes comme le Hat-Trick ou les méthodes de régénération des terrains sportifs. L'examen des dossiers c'est poursuivi (Prise en charge financière de préparation de concours ou examen professionnel pour des personnels municipaux, organisation d'un séjour sportif durant l'été ou les dossiers culturels) et tous ont été validé à l'unanimité.
 

La séance a été levée sur les coups de 21h45.

Publié dans modem Champs sur Marne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article