Pendant la crise, les affaires continuent…

Publié le par Thomas Depaepe

Avant d'abordez le dernier conseil municipal qui sentait bon la trève de noël, je vous livre deux réflexions personnelles :

De l'art de passer du meilleur au pire

Il y a une dizaine de jour, je félicitais le sénateur Marini pour sa proposition de loi sur le crédit à la consommation... aujourd'hui il défend un amendement nettement moins bon visant a offrir aux boursicoteurs la possibilité de déduire les pertes enregistrés en Bourses des revenus imposables!

Monsieur Marini aurait t'il perdu sa chemise en Bourse cette année? et les banques ne veulent pas lui faire un crédit conso pour payer ses impots?


La 8éme passe à la moulinette :

En tombant sur cet écrit de notre député Chantal Brunel, je ne peux m’empêcher de penser que le redécoupage de la 8éme n’est plus simplement une possibilité, mais est déjà devenu une réalité.


L’argument démographique est totalement vrai, et il est normal que du fait de son poids démographique le 77 puisse être mieux représenté à l’assemblée.
Mais par contre, sur le découpage lui même on sombre dans la subjectivité la plus totale : sur quelles bases aura lieu le charcutage (économique, urbaines/rurales…) ? quels villes ou quelles rues marqueront la frontière ? On se rappelle du découpage immeuble par immeuble de Charles Pasqua qui a permis la création de bastions (comme le 5éme de Tiberi) en noyant certains quartiers défavorisés dans des zones rurales, ou en regroupant des zones favorables avant émiettées.

Ce redécoupage (légitime) est en tout cas très attendu par l’UMP et le PS locale qui y voient déjà un partage des points :
- La droite est bien contente de sauver sa députée (après une élection serrée l’an dernier) en lui donnant une circonscription sur l’est, ou le sud (suivant le sens de découpage) ;
- La gauche y voit l’occasion de prendre facilement une circonscription centrée sur le Val Maubué ;

Comme d’habitude ces découpages savamment orchestrés rappellent que la politique est l’affaire de deux partis qui se découpent un gâteau, en évitant sciemment la question de la proportionnelle et de la représentation des autres partis (quelque soit leur score).

Publié dans Reflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article